nov
05
2015

Le parking Saint Michel n’a pas de toilettes

Les_usagers_du_parking_Saint_Michel_se_dechargent_dans_la_cloture.jpg

Les usagers du parking Saint Michel se déchargent dans la clôture

Au centre-ville de Bujumbura, les bus qui assurent le transport en commun sont stationnés autour de l’ex-marché selon leur direction. Il y a ceux du nord de la capitale et ceux qui prennent la direction sud. Après avoir déposé les passagers, les bus du nord de la capitale (Kamenge, Mutakura, Carama, Gasenyi, …) se dirigent d’abord au parking communément appelé parking du Saint Michel, par référence à l’Eglise Saint Michel, pour alignement. Les transporteurs disent que c’est pour assurer l’ordre et éviter qu’il y ait des dépassements ; source de conflit. Là-bas, chaque véhicule qui est au service doit payer une somme de cinq cent francs par jour.

Dans ce parking Saint Michel, il y a du business. On y rencontre des restaurants mobiles, des commerçants ambulants d’habits, de jus et d’autres encore. Autour des heures de la pause, un grand mouvement s’observe. Plus de cent (500) personnes- les convoyeurs, chauffeurs, rabatteurs et vendeurs confondus- sont dans le parking Saint Michel.

Quid d’hygiène et d’assainissement dans le parking Saint Michel ?

Le parking qui accueille plus de mille personnes par jour, selon les usagers, ne dispose aucun lieu d’aisance. Les gens se déchargent contre la clôture et ceux qui n’en peuvent pas quémandent dans les habitations environnantes. Les restes des vivres vendus sont laissés sur le lieu. Certains coins, pleins de saletés de toute sorte et de mouches, dégagent une odeur nauséabonde. Les usagers ont peur des maladies des mains salles.

Les chauffeurs, les convoyeurs et les rabatteurs croisés sur place se demandent de l’usage des cinq cent francs qu’ils paient chaque jour. « Cette somme s’ajoute sur douze milles que nous payons tous les trois mois à la mairie. Nous payons les impôts. Pourquoi la Mairie ne peut-elle pas nous construire des toilettes ? » ; se demandent-ils.
Le président de l’Association des Chauffeurs des Bus du Nord quant à lui, la question d’hygiène dans les parkings n’est plus entre les mains de la Mairie. Il faut chercher au niveau de l’ATRABU (Association des Transporteurs du Burundi). « A ma connaissance, l’ATRABU a signé un contrat avec la Mairie pour assurer la propreté dans les parkings » ; précise Erneste MIBURO.

Nous cherchons encore les responsables de l’ATRABU.

Souvenez-vous que dans la réunion du 6 Septembre de cette année, à l’intention des membres de l’ACBN, le président de cette association, Ernest MIBURO, soutenu par les élus du peuple, avait promis que dans un mois, la question des toilettes dans le parking Saint Michel aurait dû être vidée. Aujourd’hui, il projette dans les trois mois à venir. Aussi, l’assainissement est l’un de points de cotation pour les administrateurs, selon le discours du Président de la République lors de l’investiture des administrateurs.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager