mar
29
2016

Les Intamba espèrent sauver l’honneur en Namibie.

Après la défaite de l’équipe nationale de football dans un match qui l’a opposé avec les « Brave Warriors » de la Namibie (3-1) ce samedi, les Intamba ont pris l’avion le même jour, destination Windhoek, capitale de la Namibie. Aujourd’hui, les joueurs se portent très bien selon les informations qui nous parviennent avant le coup d’envoi, prévu à 17 heures (GMT) dans la capitale namibienne.

Le Burundi a été dominé par la Namibie, une équipe que le classement FIFA place derrière les Intamba. En effet, la Namibie classée 133ème espère monter les échelons après cette victoire contre le Burundi (129ème classement FIFA).
Par contre, le Burundi va perdre plusieurs places suite à cette defaite. Ce match a suscité des vives critiques à l’encontre de l’entraîneur Ait Ahcen Abdemalek qui essuie, tour à tour avec son équipe, des défaites. Cet entraîneur n’a pas pu qualifier son équipe pour le CHAN édition 2016. Son équipe a aussi perdu les éliminatoires de la Coupe du monde 2018.
A la fin de ce match, certains joueurs ont fait des confessions à commencer par Tambwe Amissi, attaquant de Young Africans en Tanzanie en désaccord avec la tactique du coach.
« Nous faisons plus des exercices physiques que tactiques ». Il dit que la fatigue les a vite rattrapés dès les premières minutes.
Côté experts du ballon rond, plus diplomatiques, ils disent que l’équipe de base a été mal pensée en donnant l’exemple de Selemani, un attaquant bien rodé et capitaine auparavant, qui s’est contenté du banc de touche , réduit au rôle de remplaçant.

Après ce match de ce samedi, beaucoup de gens se demandent si Ait Ahcen Abdemalek, entraîneur d’Intamba mérite son salaire qui frôle les 16 millions de francs burundais par mois. Mais avant tout, le grand travail est la victoire des Intamba dans ce match retour.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager