mar
11
2016

CNDD-FDD : Les raisons de s’opposer à la CVR.

pascal.jpg

pascal Nyabenda, president du parti CNDD-FDD

D’après le parti CNDD-FDD, dans la structure gouvernementale des Putschistes, Pierre BUYOYA était proposé comme le responsable de la CVR. Ceci montre à quel point la CVR gène les putschistes ainsi que leurs acolytes nationaux au sein du G7 et G10 ainsi que leurs soutiens étrangers qui se sont illustrés dans l’histoire malheureuse qui a endeuillé ce pays. Sans nul doute, le nouveau responsable pressenti n’avait d’autres buts que d’occulter la vérité et de la diriger contre le Parti CNDD-FDD et Son Gouvernement.

Le parti au pouvoir continue en montrant les responsables des différentes tragédies qu’a connues le Burundi et que ces commanditaires ont peur de la CVR qui mettra à jour leurs responsabilités. Il commence par la Belgique. La Belgique est le premier responsable de la première grande crise qui a fait disparaître le vaillant Prince. Que cette ancienne puissance coloniale ne dise mot sur sa responsabilité dans l’histoire du Burundi, cela n’empêchera pas que le Dialogue Inter Burundais et la CVR interpellent Louis Michel et ses amis pour en répondre devant le Peuple Burundais.
Un autre moment fatidique de l’histoire du Pays est l’assassinat du Premier Ministre Pierre NGENDANDUMWE suivi par des milliers d’intellectuels, commerçants, parlementaires démocrates massacrés sauvagement par l’armée de cette époque.

L’autre grand évènement apocalyptique est celui de 1972-73 où un génocide ethnique a été commis pendant 3 mois et qui s’est soldé par trois cent milles (300.000) morts avec de centaines de milliers de réfugiés. La volonté était d’exclure définitivement d’autres ethnies et de ne plus jamais penser à la démocratie. L’armée de MICOMBERO appuyée par certains penseurs politiciens Belges ont mis à feu et à sang le Pays et ils ont tout fait pour qu’il n’y ait jamais les institutions devant lesquelles ils pourraient s’expliquer un jour. Voilà pourquoi la CVR est vu comme leur ennemi numéro un et que le pouvoir issu du Parti CNDD-FDD est indésirable devant eux.

Le Parti CNDD-FDD ne saurait passer sous silence le fait que les maisons, les propriétés mobilières et immobilières qui appartenaient à certains individus de l’ethnie massacrée en 1972-73 dans le quartier ROHERO et KIRIRI de l’époque et ailleurs ont été spoliées par le pouvoir militaire de Michel MICOMBERO et que la justice en date du 6 Mai 1972 a rendu un jugement condamnant à peine capitale toutes les personnes tuées dès le 29Avril 1972 et la spoliation de tous leurs biens. Jean Baptiste BAGAZA aujourd’hui, sénateur à vie, était membre du siège de la magistrature qui a pris une « si horrible décision d’essence génocidaire ».

Un autre évènement non moins important, dit le communiqué du CNDD-FDD, est la période où les populations des communes NTEGA et MARANGARA ont été décimées. Après avoir mené un sondage médiatique longtemps avant dans le Pays pour identifier tous les rescapés de 1972-73 ayant franchi l’école primaire, Pierre BUYOYA à l’époque Président de la République, a planifié un génocide qui, n’eût été l’intervention rapide de certains patriotes de la diaspora Burundaise, se serait exécuté comme celui de 1972-73.

Les évènements malheureux de 1993 qui ont vu l’assassinat de NDADAYE Melchior et de nombreuses populations qui l’ont suivi dans la tombe à travers tout le Pays se trouvent fraichement dans la mémoire des démocrates. Pendant la campagne, BUYOYA Pierre, tête de l’UPRONA, dans ses slogans en tenant l’enfant dans la main disait qu’élire l’UPRONA permettra aux femmes de ne pas voir leurs progénitures assassinées, tuées et massacrées. Et en effet, il l’a fait. Quand le Parti UPRONA a perdu les élections, BUYOYA et ses hommes ont sorti tout l’arsenal pour s’attaquer à l’électorat du FRODEBU en commençant par NDADAYE Melchior et son entourage. Des centaines de milliers de personnes ont été sauvagement massacrées, d’autres centaines de milliers ont pris l’exil et plus de cinq cent soixante-dix mille autres ont été enfermés dans des camps de regroupement dits « camps de concentration de types Nazi » car toute cette population a péri dans les Camps MOURROIR sous la volonté de Pierre BUYOYA et ses acolytes.

Le Parti CNDD-FDD constate alors que les putschistes du 13 Mai 2015 avec leurs plans d’exterminer l’électorat du Parti CNDD-FDD et qu’en cas de réussite ne différeraient en rien des autres plans apocalyptiques que le Burundi a connus depuis l’indépendance.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager