nov
17
2015

Convocation du directeur d’IWACU par la justice : Reporters sans frontières réagit !

KABURAHE.jpg

Pacifique Cubahiro

Dans un communiqué publié par Reporter sans frontières ce mardi, cette organisation s’étonne de constater qu’Antoine Kaburahe, directeur du Groupe de Presse Iwacu a été convoqué par le parquet général de la République dans le cadre de l’instruction sur la tentative de coup d’Etat du 13 mai 2015. Et cela 6 mois après les faits.

« Nous sommes surpris qu’Antoine Kaburahe soit convoqué et auditionné plus de six mois après les évènements de mai 2015. Nous espérons que ceci n’est pas une mesure d’intimidation. Il est important que la justice burundaise ne fasse pas l’amalgame entre les militaires qui ont tenté un putsch et la société civile burundaise, dont font partie les médias, qui a légitimement le droit de parler et d’informer leurs concitoyens sur ce qui se passe dans le pays. », a déclaré Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières.

Antoine Kaburahe est le deuxième responsable des media à être interrogé sur la tentative du coup d’Etat de mai dernier. Au mois de juillet, Innocent Muhozi, directeur de la Radio-Télévision Renaissance a été auditionné pendant deux heures sur la même affaire. Par la suite, il a décidé de prendre fuite comme ses paires actuellement refugiés au Rwanda voisin.
Selon ce communiqué de RSF, plus de 90 journalistes sont en exil depuis la fermeture des principales radios privées du Burundi en mai 2015. Il rappelle par ailleurs que le Burundi occupe aujourd’hui la 145ème place sur 180 au classement 2015 de Reporters sans frontières.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager